Art // Pierre Beteille : sculpteur d’images

1 Posted by - 21 juin 2013 - Art


C’est pas l’histoire d’un mec qui prends des photos, c’est plutôt un mec qui fait de l’image une histoire. Au-delà de la simple photographie artistique, il recréé l’image et fait clignoter le signal d’alarme de notre cerveau d’un  «woaouh » ou d’un « beurk ».

Lui, c’est Pierre Beteille. Malin et perspicace, il magnifie les clichés numériques pour mettre en scène un imaginaire regorgeant d’humour et de détails décalés. C’est après avoir travaillé en tant que DA dans une agence web que ce quinquagénaire toulousain, ancien des Beaux-Arts, s’est lancé dans la photographie, et cela depuis quatre ans. Il s’est remarquablement fait une place d’or dans le milieu de la sculpture d’images par un perfectionnisme hors pair et une finesse à couper le souffle. Avec un brin de folie et un logiciel de retouche, il nuance et ajoute sa propre touche à des photos jugées « banales ». De Toulouse aux States il n’y qu’un pas et son talent l’a mené à exposer à Los Angeles en 2012.

Pierre Beteille travaille principalement l’autoportrait, le prenant comme point de départ et le mettant en situation dans différentes scènes qu’il sculpte. Il s’inscrit et s’inspire d’un monde contemporain qui l’entoure, lié ou non à l’actualité. Le génie de ses photos se fait par des situations de la vie tournées en dérision. De simples objets courants, comme une planche à repasser, peuvent devenir par un contexte adéquat autre chose, comme une  planche de surf. Le rire du coin de la bouche est l’une des caractéristiques qui nous atteint au premier regard. Puis vient l’étonnement et l’interrogation intérieure, enfin l’approbation et l’acclamation de son talent. Il manie le monde parallèle des objets à la perfection, leur donne différents sens les faisant passer du propre au figuré, à l’imagé. Ses sculptures d’images devancent les réactions humaines et perturbent le subconscient par un « Bien sûr, il fallait y penser…! ». Pas mal d’avoir pensé à rendre le titre de l’oeuvre de  Kafka Métamorphoses réelle et de voir un homme se transformer en femme.

Sa devise empruntée au comédien Groucho Marx alimente le cliché de l’artiste seul au monde mais qui accomplit des miracles « Parti de rien, je suis arrivé à rien…mais tout seul ». Teintés d’ironie, son discours et ses œuvres reflètent le travail d’un autodidacte qui se prend pas la tête, mais plutôt celle des autres.

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille - Series ©

Pierre Beteille – Series ©

 

Mélanie Taverny – 21/06/2013

Aucun commentaire

Laissez un commentaire