Mode // Jacquemus, le chouchou de ses demoiselles

3 Posted by - 5 novembre 2013 - Style

Le jeune créateur avait fait mouche en février dernier quand il avait convié le gratin de la mode à piquer une tête dans son univers aquatique. Tous les éléments qui font maintenant son succès étaient déjà présents : des références saturées aux années 90, des coupes androgynes  et maîtrisées, un vocabulaire décliné dans les moindres détails et, surtout, un humour détonnant. Les rédactrices en étaient ressorties enchantées, séduites par ce trublion qui venait de réussir le tour de force de rendre désirable, l’espace d’un  instant, des claquettes de piscine. Les Parisiennes avaient aimé déceler le clin d’œil qui leur était adressé par la référence à Isabelle Adjani. Et l’équation avait portée ses fruits : il allait maintenant falloir compter avec Simon Porte Jacquemus, vingt-trois ans, parmi les étoiles montantes de la mode française.

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Piscine", A / H 2013 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Piscine », A / H 2013 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Piscine", A / H 2013 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Piscine », A / H 2013 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Piscine", A / H 2013 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Piscine », A / H 2013 ©

Pour son dernier défilé, le jeune homme a vu plus grand : plus de piscine, c’est à la mer que le créateur a cette fois amené sa cohorte de it-girls. Le carton indiquait d’ailleurs sobrement « La Grande Motte ». Mais, plus qu’un voyage géographique (après tout le défilé avait bien lieu en plein Paris), c’est un voyage dans le temps qu’a proposé le créateur. Chez Jacquemus, point de mannequins fardés, croulant sous les accessoires et les pierreries, les filles qui défilent font vraiment leurs âges. Ces jeunes femmes semblent tout droit revenir de la plage et des années 80. Elles portent du rose layette, du blanc virginal, du bleu céruléen, mangent des glaces et arborent fièrement sur leur tee-shirt « J’aime la vie ». Le ton est donné, sans détours, et Simon Porte Jaqcuemus dit lui-même de son style qu’il est « naïf, brut et ultra simple ».

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Grande Motte", P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Grande Motte », P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Grande Motte", P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Grande Motte », P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Grande Motte", P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Grande Motte », P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Grande Motte", P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Grande Motte », P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé "La Grande Motte", P / E 2014 ©

Simon Porte Jacquemus, défilé « La Grande Motte », P / E 2014 ©

Quelques jours plus tard, les articles dithyrambiques fusaient. L’enfant prodige venait de transformer l’essai. Les rédactrices étaient conquises, touchées en plein cœur. Il faut dire que dans un milieu où chaque signe de vieillesse est scrupuleusement caché, nié, un retour en adolescence ne peut qu’être apprécié. Les rédactrices retrouvent dans chacune des silhouettes quelque chose d’elles-mêmes un peu plus jeunes : candides et sensuelles. Ainsi en réussissant l’exploit de ramener les rédactrices les plus influentes de la planète mode en adolescence, Simon Porte Jacquemus nous prouve que lui a tout d’un grand. D’autant que cette touche d’humour et de fraîcheur a le don de dénoter au sein d’une fashion week Parisienne de plus en plus sérieuse et cérémonielle.

 

FK.A – 05/11/2013

Aucun commentaire

Laissez un commentaire