Musique // Artistiquement Die Antwoord

0 Posted by - 4 octobre 2012 - Pop

La musique est intimement liée à l’image grâce aux pochettes d’albums, aux costumes de scène et bien sûr, grâce aux clips. Plus qu’un imaginaire associé à la musique, le clip musical crée une identité, un univers, et définit l’originalité du groupe. Certains artistes se répètent et se ressemblent… Mais pas Die Antwoord.

Groupe sud-africain délirant et unique en son genre, Die Antwoord est composé notamment d’une blonde maigre et bizarre (proclamée bandante par l’institution pornographique Le Tag Parfait) et d’un rasé-tatoué agressif. Ce qui sort de leur bouche et de leurs platines est un rap à la fois séduisant et virulent, un peu comme un chant de sirène entrecoupé du bruit d’une tronçonneuse enragé, tu sais. Ceux qui connaissant Die Antwoord connaissent obligatoirement leurs clips : la musique et l’image sont plus qu’intimement liées pour ce groupe, elles sont inséparables. Car si le son est violent et très cool, leurs clips sont des chefs d’œuvres trash, sexy et dégoûtants, devant lesquels on jubile tout en ayant la gerbe.

Enter The Ninja commence avec une petite blondinette qui rentre du lycée, avec une jupe sexy, croisant les jambes. Puis le plan est entrecoupé par la vision noire d’un type louche encagoulé qui manie un sabre. La blondinette se révèle assez bizarre, se met à chanter avec une voix de sirène, puis Ninja (le rasé-tatoué agressif cité plus haut), se met à rapper sur un fond taggué. Puis, sans qu’on  lui aussi est entrecoupé par les images d’un garçon, torse nu qui fait les mêmes gestes agressifs que lui… Il s’agit en fait de Leon Botha aka DJ Solarize, peintre et DJ malgré son handicap, ici compositeur, et qui apparaît dans ce clip comme un doigt d’honneur fait aux convenances et à une promotion habituelle de la musique par ce qui est beau et clinquant. Die Antwoord marque ainsi son indépendance visuelle… Et fait le choix d’une esthétique provocante et originale.

C’est donc bien d’art dont on parle, très étudié, un art qui prend la forme du provocant et de l’agressif. Très subversif, sans équivalent, mais suffisamment stylé pour que ça plaise à un grand nombre de personnes. Les voix corrosives s’accordent complètement avec les images dérangeantes… Le clip a alors un pouvoir de fascination très fort.

Un des clips les plus cool de Die Antwoord est sans doute Fok Julle Naaiers, avec des images en noir et blanc très contrastées, de véritables gravures, toujours flippantes. Fok Julle Naaiers commence sur des images-portraits d’hommes au physique très graphique, des « gueules » pourrait-on dire ; ils te matent et tu flippes ; c’est dur de soutenir le regard. La petite blondinette bizarre se met à chanter vêtue d’un costume de Bambie, hors sujet et adorable. Et bim : le charme ne dure pas car très vite les protagonistes du clip se retrouvent couverts de papillons, d’araignées et de vers de terre suintants. Esthétique animale, monstrueuse, étrange : le clip est un gros Alice au Pays des Merveilles qui part en sucette, et se finit magistralement sur un plan-portrait de la blondinette qui ouvre la bouche pour… laisser s’échapper un papillon.

Bref, Die Antwoord c’est un phénomène artistique qui joue avec nos impressions et nos ressentis. Séduit, dégoûté, fasciné, le spectateur est quand même impressionné, et c’est bien là la marque du style et du talent : Die Antwoord est subversif et indispensable.

 

Maïlys Celeux-Lanval – 02/10/12

Aucun commentaire

Laissez un commentaire