Expo // Sélection du mois de septembre !

0 Posted by - 8 septembre 2014 - Art

Même si le renouvellement des expositions de la plupart des musées a lieu début octobre, certaines programmations démarrent dès septembre.

Common People, galerie Arts Factory, jusqu’au 20 septembre 2014

Six artistes de la scène graphique international – français, allemands et espagnols – ont été réunis pour une exposition pleine d’humour noir qui tourne notre société en dérision. Avec Anouk Ricard et ses personnages (issus du monde animal) plongés au coeur de faits divers surréalistes et loufoques pêchés dans la presse régionale ; Isabelle Boinot, qui imprègne de son surréalisme de simples et banales activités estivales ; Joan Cornellà et sa galerie de personnages loufoques et cyniques ; ou encore LL Cool Jo et ses photos anonymes de familles sur lesquelles l’artiste prend un malin plaisir à inscrire en majuscule des petits commentaires moqueurs, bêtes et méchants.

© LL Cool Jo
 

Francesco Ragazzi – Palm Angels, chez Colette, jusqu’au 4 octobre 2014

La culture skate continue de faire rêver, et l’exposition Palm Angels chez Colette en est l’ultime démonstration. Le célèbre store du 213 rue Saint Honoré dévoile jusqu’au 4 octobre les photographies de Francesco Ragazzi (directeur artistique de Moncler) autour de la scène skateboarding de Los Angeles, entre Venice et Manhattan Beach. Le photographe se concentre moins sur la technique des tricks que sur la sensation véhiculée par des hommes et des femmes engagés dans une activité épique et dévorante. Par le biais de la photographie, Ragazzi tend à apporter au skateboarding ce que Bruce Weber et d’autres ont fait pour le surf américain, l’élever d’un passe-temps exclusif et isolé à un phénomène culturel considérable. Les photographies de l’exposition font également l’objet d’un livre du même nom, préfacé par Pharrell Williams.

© Francesco Ragazzi
 

Jules de Balincourt – Blue Hours, à la galerie Thaddaeus Ropac, jusqu’au 18 octobre 2014

Jules de Balincourt, Français exilé aux Etats-Unis depuis son enfance, nous débarque de New York pour un premier solo show où il emmène avec lui des peintures à l’huile aux noms pleins de romantisme – Underneath the trees they listened… and heard silence, we come here to forget. Ici, la peinture est une invitation au voyage partant de la pure utopie à la dystopie. Balincourt se promène à travers l’espace, zoomant sur des détails qui attirent son attention, tel un « touriste de la mondialisation consommant visuellement la culture et disséminant ses visions personnelles au moyen de la peinture ».

© Jules de Balincourt
 

Keiichi Tahara – Sculpteur de Lumière, à la Maison Européenne de la Photographie, du 10 septembre au 2 novembre 2014

Depuis son arrivée en Europe en 1972, Keiichi Tahara se fascine pour la lumière, qu’il place au centre de son approche artistique. Un intérêt qu’on lui connait dans son travail en noir et blanc, mais qui transparait également avec une série de polaroid couleur, exposée pour la première fois à la MEP. « La lumière du Japon, toujours voilée, n’a rien à voir avec celle de la France, très brutale et perçante. Et la nature de la lumière, j’en suis persuadé, a une incidence sur le paysage, les gens et même la langue que l’on parle ».

© Keiichi Tahara
 

Niki de Saint-Phalle, au Grand Palais, du 17 septembre au 2 février 2015

Le Grand Palais offre une captivante rétrospective à Niki de Saint Phalle, artiste aux multi facettes (plasticienne, peintre, sculptrice, cinéaste…), figure majeure du féminisme du XXe siècle, engagée, passionnante. Elle fut l’une des premières femmes artistes à acquérir une reconnaissance internationale de son vivant et à en jouer avec les médias, à la manière d’Andy Warhol.

Niki de Saint Phalle
 

Hedi Slimane – Sonic, à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, du 18 septembre au 11 janvier 2015

La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent présente une exposition de photographies d’Hedi Slimane tirée de 15 années de portraits de studio, dont les tirages noirs et blancs, exposés pour la première fois, évoquent les figures héroïques du rock, de Lou Reed, à Brian Wilson, d’Amy Winehouse à Keith Richards. Une installation vidéo complètera ce dispositif, juxtaposant les cycles musicaux Londoniens (2003-2007) et Californiens (2007-2014) sous forme documentaire, brossant le portrait alternatif de deux générations de performers et de leurs fans.

© Hedi Slimane

 

KK – 8/09/2014

Aucun commentaire

Laissez un commentaire