Cinéma // Le Vent Se Lève

1 Posted by - 22 janvier 2014 - Pop

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre ! », Paul Valéry. C’est sur cette citation que s’ouvre le dernier né de Miyazaki, son dernier long métrage avant de partir à la retraite et de se consacrer à des courts métrage pour le studio Ghibli. Le film s’ouvre sur le rêve chaotique de Jiro, personnage principal inspiré du vrai Jiro Horikoschi, concepteur de l’avion Zéro qui fut une véritable machine à destruction durant la Seconde Guerre Mondiale. Cette première scène onirique ouvre la voie à d’autres noyées par des collines verdoyantes et baignées de soleil, mais toutes traversées par la mort, le feu et la destruction. Le but pour Miyazaki est de montrer la beauté de la nature et des sentiments en rappelant que la mort rôde. Le film, hybride, peut être décomposé en trois temps, en trois genres… 1/ Le film biographique sur Jiro Horikoschi avec tout les éléments caractéristiques du biopic : enfance, adolescence, vie professionnelle, sa passion pour les avions et son dévouement à construire l’avion le plus performant, mais qui s’avérera être un engin de mort par la suite. 2/ Le film romantique, une histoire d’amour tragique, avec la femme qu’il aime atteinte de tuberculose foudroyante. 3/ Le film onirique, fantastique, peuplé de séquences de rêve où Jiro voit des avions de mort traverser le ciel et prendre feu, scènes qui se révéleront prémonitoires par la suite.

Le dernier Miyazaki est dense, ce qui pourra dérouter certains fans du maître habitués à un univers plus fantastico-écolo. Qu’ils se détrompent. Même si le film est moins fantastique, tout ce qui fait Miyazaki est là : sa patte visuelle, son style truculent (oui, le film est très drôle et tendre, habité de personnages haut en couleur), son ambiance musicale (Joe Hisaichi a encore fait des merveilles). On a même relevé de jolis clins d’oeil au « Voyage de Chihiro », avec la petite soeur du héros qui lui ressemble quand même vachement, sa robe étant aussi un moyen d’approfondir la comparaison… Finalement, « Le Vent Se Lève » est un film grave, hanté par la mort, mais rempli d’esthétisme, bouleversant. Miyazaki nous livre pour la dernière fois un grand film d’animation qui marquera cette année 2014.

8,5/10

lejoiurseleve1
 

Gabriel White – 22/01/2014

Aucun commentaire

Laissez un commentaire