Cinéma // American Bluff

0 Posted by - 11 février 2014 - Pop

Suite au pourtant très prometteur Les Rois du Désert, sorte de film féroce et déjanté mais très sous-estimé au moment de sa sortie, David O. Russell poursuivit sa carrière de réalisateur avec des longs métrages qui se révélèrent de gentilles toiles assez inoffensives, oubliables et dénuées de vrai talent cinématographique. On avait donc peu d’empathie pour le type. Ou alors une certaine politesse.

Et voilà que sort enfin ce fameux American Bluff, de son vrai nom American Hustle (pourquoi changer de titre ?!), son casting trois étoiles, sa durée quasi « fleuve » (2h17)… L’intro donne le ton et laisse entrevoir un film hilarant et décalé. Il n’en sera rien. Oui on rit, oui les personnages sont hauts en couleur, certes. Mais Russel livre surtout une sorte de fresque sur la survie de personnages perdus, paumé et pathétiques, embourbés dans une histoire d’arnaque qui s’emmêle les pinceaux. Les ficelles de l’arnaque là encore ne sont que des détails. Non, ce qui intéresse notre réalisateur, ce sont ses acteurs : figurines empêtrées dans un gloubiboulga narratif où, avec une jubilation crescendo, on assiste pour chacun à leurs meilleures performances. Bale, Cooper, Lawrence et Adams en font des caisses et nous offrent des scènes dingues et jouissives donnant lieu à de futures séquences d’anthologie.

americanbluff2

 

Le film est rythmé et on remarque l’hommage au maître Scorsese dans la mise en scène (travellings avant rapides sur les visages ou les téléphones ; la voix off ; les arrêts sur image… toute la mythologie est là). On pourra aussi au cinéma des Coen pour son introspection sur les « losers magnifiques », personnages bourrés de défauts, assez idiots mais tellement attachants. Mais on remarquera aussi des baisses de rythme et des séquences magistrales avortées, comme si le réalisateur n’osait pas aller trop souvent dans la puissance cinématographique qui effleure le film de tout son long, ce qui crée un sentiment de frustration.

7/10

 

Gabriel White – 10/02/2014

Aucun commentaire

Laissez un commentaire